Partis de Whitehorse, nous roulons sur la Klondike Hwy, qui croisera la célèbre route Dempster. Je m’arrête partout, jase avec des touristes ou des gens du coin, marche, photographie… fréquente les toilettes sèches des restarias, quand il y en a. Comme ici à Montague Roadhouse (sans toilette). MontagueR (1)Ces «roadhouse» étaient louées aux voyageurs vers les années 1900. J’en ai profité pour vous saluer. Celle-ci, plus grande et sur 2 étages, devait louer des chambres. Elle est maintenant envahie pas la végétation; ne subsistent que les murs.
Un peu au nord de Carmacks (village important avec ses 444 habitants), Five Finger Rapids m’a séduite, au point où nous y avons dormi au son des cascades. Vu d’en haut :
Five Finger rapids (4)On y accède par un sentier, et ses 215 marches; fière de les avoir remontées. MarchesLes premiers mineurs ont nommé ainsi cette partie du fleuve Yukon en raison de 4 blocs rocheux (qu’on ne peut considérer comme des îles) qui la séparent en 5 passages assez étroits et la rendent non propice à la navigation avec leur bateau à aube. La seule façon d’y naviguer était ce premier passage près de la côte (vous le voyez bien sur la photo prise d’en haut), mais le bateau risquait d’accrocher les rochers. Ils ont donc fixé un câble au début et à la fin du passage pour diriger le bateau (à l’aide d’un cabestan). En bas (en fait la fin du sentier remonte, donc on est encore en surplomb), c’est magnifique. Five Finger rapids (7)

Five Finger rapids (15)
C’est de ce côté-ci qu’ils devaient passer.
Five Finger rapids (17)
Trop chou, celle-ci.

Je pourrais m’étendre sur ce Klondike Hwy… je vous laisse deux points de vue de la suite.

Pelly à Dempster (2)
Fait partie des Pelly Montain. Pelé, oui. Les mamouths s’y promenaient et détestaient les gros arbres, dit-on.
Pelly à Dempster (11)
Ici, je ne sais pas… je m’approchais de la Demster, donc de ses sommets peut-être…

La route devient difficile après Pelly. Surtout de la gravelle, presque de la terre battue, laveuse bien sûr, mais aussi des trous. Ici tout ce qui roule est couvert de la poussière de cette terre. Et j’arrive à la Dempster. Je m’étais dit : jusqu’au cercle polaire. La Dempster est la seule route canadienne à traverser le cercle polaire. 380 km de route parfois pire que la Klondike, l’essence à 1,60$, pas certaine de m’y rendre avec un plein et le prochain poste est… au cercle polaire. Pas envie d’avoir le bidon d’essence qui empeste Gontran… et depuis l’accident de mon pouce, je fais gaffe. À Pelly, en léchant une crème glacée, j’ai appris d’un jeune Yukonnais qui sillonne les montagnes de la Dempster depuis 10 ans, que la plus belle partie était celle des premiers 150 km. Alors j’ai fait 80 km sur la Dempster. Voilà pourquoi je ne planifie pas beaucoup le voyage. Je me laisse porter, et je m’en «porte» mieux.
Dès les premiers km, je clique. Début Dempster (16)

Début Dempster (18)

Début Dempster (25)Ma destination : le Parc Tombstone. D’abord au camping, au réveil : Thombstone cmping (2)Puis visite au centre d’interprétation. On m’aide à reconnaître le Tombstone parmi toutes ces cimes; on me parle d’une rencontre causerie avec une responsable du parc ce soir. Je m’y rends. Un pot de tisane de thé du labrador et de valériane (entre autres) au chaud sur un poêle à bois, une dizaine de personnes assises aux tables, et Gladys Nitro, une toute petite bonne femme entre 40-50 ans, qui nous accueille. Elle est une Gwich’in (prononcer Goutchin) du nord, une des 4 premières nations principales du Yukon. Remarquez les Tligit au sud dont je vous ai parlé dans l’article précédent. Gladys parle calmement, d’une voix posée; je comprends donc tout. Tellement touchant comment elle évoque ses souvenirs d’enfance là-haut, les liens entre les différents peuples… Leur histoire ressemble à celle de nos premières nations nordiques. Je le lui dis et lui demande si eux aussi ont connu l’abus des religieux. Elle le reconnaît mais, dit-elle d’une voix plus étouffée : «mon peuple préfère évoquer les aspects positifs de son histoire». Les gens du Nord descendent cette fin de semaine à Inuvik pour y vendre leurs articles, art et artisanat. Pincement au cœur de ne pas y être (740 km de la Klondike Hwy).
Le lendemain, rando avec Gontran, puis à pied. D’abord un panoramique du célèbre km 74. Tombstone panoLe Tombstone (2193 m.) est constitué d’une chaine de pics noirs granités. L’ensemble ne se révèle qu’en avion, ou après une journée de marche dans la vallée de la rivière Klondike Nord. Mais on peut voir certains pics au loin. Sur la prochaine photo, il est au fond, d’un bleu différent, un peu dans le brouillard (et j’ai beaucoup rapproché sans trépied). Thombstone et autour (4) Nous sommes montées encore plus haut; je parlais fort pour éloigner les ours et Cléo était en laisse. Thombstone et autour (6)Ici nous sommes dans la toundra subarctique. Thombstone et autour (10)

Oui, Mamie en cavale connait sa chance.

Prochain article : Dawson que je viens de sillonner pendant 3 jours. Je ne sais trop quand j’aurai Internet, car je traverse du côté de l’Alaska dans un jour ou deux et je n’activerai pas mon routeur américain ni mon téléphone américain. J’ai décidé de faire des économies (devient sage, Mamie en cavale).
Trajet :

 

20 thoughts

  1. Allô Francine, un peu en retard dans mes lectures de tes péripéties. Je me suis reprise aujourd’hui. Quels paysages et quelles photos !!! Reportages très intéressants qui me font découvrir un coin de la terre que je n’aurai jamais la chance de parcourir.

    J’aime

  2. J’ai adoré cette toundra subarctique qui me donne l’eau à la bouche pour la suite, bon de toute manière il n’y a pas un paysage que tu nous montres qui ne mérite le détour, c’est fabuleux, quelle chance on a de t’avoir là-bas bises

    J’aime

  3. Que de belles photos à couper le souffle!
    Merci Mamie, de partager avec nous, j’ai toujours hâte de lire la suite de ton périple, soit prudente et prend soin de toi et la compagnie! ❤

    J’aime

  4. C’est vraiment beau!Malgré quelques mésaventures,tout semble bien se passer.Il doit y avoir une odeur particulière dans ces grands espaces.
    En route vers l’Alaska,tu n’as pas oublié ton passeport??Ha!Ha!
    Suzel

    J’aime

    1. Tu sais ce que ça sent? L’herbe à dinde. Par endroit, il y en a tellement que l’odeur se répand. Très agréable. Et tellement d’oxygène, que j’en suis parfois étourdie J’ai mon passeport, et Cléo a le sien du vêt. lol

      J’aime

  5. Oh Mamy en Cavale, respect ! Vous voyagez seule dans des contrées si belles mais si isolées. Vous nous faites partager tous les splendides paysages que vous traversez, et en plus vous écrivez bien et avec une petite touche d’humour. On a de la chance de vous connaître.
    Moi, j’ai 56 ans, pas un sou pour voyager et pas beaucoup de courage non plus. Mais grâce à vous je peux contempler ces magnifiques montagnes et tous les endroits que vous traversez. Merci beaucoup. Prenez soin de vous et de votre équipage. Amitiés

    J’aime

  6. Et encore un reportage d’enfer !!!magnifique ; et qui nous emporte !!!!les photos sont splendides !!!quel beau périple tu fais ma belle ::::plein de gros bisous et vive toi….. caresse à cléo et à la prochaine escale !!!!♥

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s