Pour atteindre Haines, nous passerons du Yukon à la Colombie britannique, puis retour en Alaska. Une douane ici, ça se traverse vite. Pas de niaisage: quelques questions pour la forme, et «Bonne route Madame». Comme il se doit dans ces pays nordiques, nous traversons de hautes montagnes avant d’atteindre Haines. Toujours des montagnes, mais toutes différentes les unes des autres. Je ne m’en lasse pas, et sur la Hwy 3, je m’exclame encore, arrête Gontran, sors l’appareil photo… Voyez celle-ci, complètement dénudée qui dessine des arbres sur son flanc :  Le ciel bleu me permet de voir loin, ce qui n’est pas toujours le cas ici, beaucoup vous le diront. À ce point de vue (haha, le jeu de mot un peu plat), j’ai été chanceuse tout au long de mon parcours. C’est tellement haut que nous sommes dans les nuages, littéralement : 

Un autre grand lac : le Dezadeash
Un autre grand lac : le Dezadeash

Le Chilkat pass. Les Tligits utilisaient cette passe (sur la 2e photo, c’est le pied de la montagne) pour leur traite des fourrures avec les Russes. Ils l’ont longtemps défendue contre les Blancs, mais la ruée vers l’or les en chassera définitivement. 

Cléo s’interroge : ça va loin, cette passe?  Je peux aller faire un tour, dis, Mamie?
Cléo s’interroge : ça va loin, cette passe? Je peux y aller, dis, Mamie?

Puis, redescendus, nous suivons la rivière Chilkat. Nous croisons alors ces étranges machines qui tournent. La pêche automatisée! Et que capturent-ils? De beaux rouges!  Pêche automatiséeLa photo est prise de la cabine de Gontran. Pas moyen de se retirer de la route. J’y arrête en plein milieu le temps de faire clic.
Les villages sont installés dans les vallées. Pas comme au Québec où les curés cherchaient le plus hauts sommets venteux pour leur église. Haines est donc elle aussi entourée de montagnes. 

À droite leur nouvelle biblio dont ils sont très fiers.
À droite leur nouvelle biblio dont ils sont très fiers.

Le village de 2300 habitants, votre tour guidé :
Le cœur du village (je n’ai pas photographié le IGA) : HAines villageLa marina :  Hainesmarina.Fort Seward, lieu historique, mais aussi lieu d’accueil aux gros bateaux.

Perspective / perception
Perspective / perception

Fort Seward (1)

J’y ai acheté du saumon et du flétan frais en haut de la côte. Je me suis délectée.

Dernier jour, diné à la roulotte :  Haines villageVous raconterai le rafting dans le prochain article. Pas plus de temps aujourd’hui. À+

10 thoughts

  1. Me demande bien l’origine du nom tout de même quand on sait ce que ça signifie ici !!! Bises Francine, visite par chez toi avant un nouveau silence plus long

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s