La grisaille? Un printemps qui tarde? La fatigue des dernières semaines? Le résultat en est que j’hésite à publier ce que j’avais préparé pour vous, mes fidèles. Depuis quelque temps, je vadrouille sur des sites et des blogues de photographes professionnels, ou amateurs mais dont le calibre égale celui des pros. Ça forme, parait-il. Pas assez, pas assez vite pour l’impatience légendaire de Mamie en cavale.

Je jette un œil à la série «Bisons»: elle me désole, avec autant de force qu’elle ramène de magnifiques souvenirs.  Cadrages tronqués, points de vue manquant d’originalité, post-traitement sans nuance, véritables macros impossibles sans zoom…

Et les textes… Perdue l’habitude d’écrire journellement; perdue la capacité à donner aux mots le sens de mes émotions, de mes désirs. Perdues en même temps que je travaillais à privilégier les sentiments plutôt que les émotions, à cultiver l’acceptation de ce qui est plutôt que l’illusoire et angoissant «devrait être»? Quelle empreinte ont donc laissé en moi toutes ces lectures de grands maitres philosophes et spirituels?

Ah! la fâcheuse habitude à me comparer refait surface; l’humilité entre en conflit avec le désir de plaire; l’instant, si cher depuis quelques années, rivalise aujourd’hui avec un futur incertain. Tout virer à la poubelle: les photos, les textes, le site… Mettre à mort Mamie en cavale!

Respirations profondes, exécution de la forme du TaïChi: me voici calmée et prête à vous livrer mes bisons, avec leur force tranquille et leur beauté, en dépit des photos malhabiles.

Sur la Alaska Hwy (la 97), une centaine de km avant d’entrer au Yukon, là où la rivière Liard n’est jamais loin de la route, voici les bisons, la tête enfouie dans l’herbe haute, heureux de cette luxuriance. Ils sont plusieurs dizaines à brouter, avançant d’un pas lourd. Comme si nous n’existions pas. Les champs, la route, la rivière, c’est leur domaine. img_1411

Ce n’est pas la première fois que nous sommes arrêtés sur la 97: des ponts à reconstruire, des routes dévastées pas les intempéries… nous en avons traversés quelques tronçons. Mais ici, rien ne nous presse plus, que l’on soit autocaravane ou poids lourd en mode «livraison urgente». Facile de vivre l’instant dans un pareil contexte. IMG_1428

Ils avancent, sans aucun désir autre que celui qui est sous leur museau.IMG_1415R

La petite famille, attendrissante… La maman s’y prendra à plusieurs fois pour traverser la rue, ses petits allant et venant sans trop comprendre sa consigne.                                                                           IMG_1440 IMG_1439 IMG_1442R

Du lot se détache un ado. Il s’aventure à l’écart du troupeau; il a cette belle curiosité qu’ont tous les ados. Passe devant Gontran. Cléo est dans tous ses états, moi aussi. IMG_1422R

Quelle douceur dans le regard! Je me retiens de baisser la vitre pour lui caresser la tête. Pourquoi? Aujourd’hui, je le ferais.                                                                    img_1423r

Ce cadeau de la nature me fait courir d’une portière à l’autre. Le voici qui s’approche de celle de droite. IMG_1420R

Plus loin, un grand-père s’ébroue dans le sable sec.img_1424r

Relève sa masse avec vigueur.                    IMG_1425R

Puis une ouverture se fait dans le troupeau. Tranquillement, nous pouvons poursuivre notre route. Vous raconter ce moment magique de mon histoire m’a fait un grand bien. Merci d’être là, mes fidèles.

31 thoughts

  1. Chère Francine, depuis le temps que je blogue, j’en ai passé des vagues à l’ame, questionnement et autres, envie de tout arrêter… souvent dans ce cas là je pause tout simplement, je me détache de tout ça car tout ça ce n’est tout de même pas l’essentiel, et je vis la vie. Lorsque je reviens, je suis calmée et me pose moins de question, je tâche juste de me faire plaisir.
    Pour ce qui es de tes photos je te trouve bien dur avec toi même et ne comprend guère ton jugement lorsque je vois tes bisons. Tu sais à trop vouloir bien faire cadrage et tout le toutim, on arrive à en oublier la spontanéité qui est pour moi l’essentiel dans une photo (quoiqu’en disent les pros), une photo peut-être parfaite mais sans âme, sans coeur… ne l’oublie pas, reste toi avant toute chose et fais toi plaisir.
    Bon courage pour ton déménagement à venir, le mien tire à sa fin OUF bises

    Aimé par 1 personne

    1. De retour Cathie? Contente de te retrouver. Ne t’en fais pas pour moi, je ne suis pas non plus à mon premier vague à l’âme. Et il y avait plusieurs années que je n’en avais eu. Notre hiver a été rude et nous avons manqué de soleil. Mais c’est déjà passé. Le fait de le mettre en mots, de travailler l’écriture pour l’exprimer de belle façon, tout ça m’a beaucoup aidée. Parce que l’écriture, c’est très important pour moi. Bises

      Aimé par 1 personne

  2. Bonjour chère Francine,

    Je donne peu souvent de mes commentaires et des mes nouvelles, mais je suis toujours présente. Je tiens à te dire un grand merci malgré tes doutes, tes questionnements, tes peurs. Tu sais, tu me plais comme tu es chère amie. Tes textes et photos me plongent loin de la grisaille de Victoria et de bien d’autres choses. C’est un privilège de pouvoir faire partie de ton univers visuel et émotionnel. Merci. Bises! Isabelle

    Aimé par 1 personne

    1. Bien l’bonjour Isabelle! C’est le printemps qui te ramène? Contente d’avoir de tes nouvelles. De mon côté en 2015: vente du duplex et achat d’un autre… Ça m’épuise, comme tu as pu le sentir dans cet article. Je serai d’aplomb dès que les journées plus chaudes arriveront.

      J’aime

  3. Qu’est-ce que je lie se matin? Une personne humaine avec ses questionnements et cela est très positif. Cela nous permet de réévaluer notre cheminement de vie qui est unique à chacun de nous. Se comparer est notre signal d’alarme pour se recentrer, pour se redécouvrir. J’ai l’impression que vos bisons vous ont ramenées à ce que vous êtes profondément et à ce que nous aimons tous en ouvrant votre blog.

    Aimé par 1 personne

  4. Bonjour ma belle Francine,

    Je t,écris d,Antigua, Guatemala. Je fais un voyage extra. Bon prof., bonne bouffe, bonne famille et expérience pas toujours facile mais formidable avec les enfants mayas du petit village tres pauvre de San Mateo.

    Il me reste moins de deux semaines, ca passe vite.

    Je n,ai pas acces a mon carnet d,adresses, m,enverrais-tu celle de Claudette?

    J,espere que tu vas bien. Je n,ai pas assez de temps pour lire tes articles, mais je te suis quand méme. Me reprendrai au retour.

    Gros bec,

    Denyse

    J’aime

  5. Bonjour Francine,
    La compétition de la vie est uniquement une compétition avec soi-même. Nous ne vivons pas la vie des autres. Celle ou celui que je trouve meilleur(e) que moi dans un domaine en admire probablement une autre ou un autre… Alors, plutôt que d’entrer dans cette danse de la comparaison avec d’autres, je t’encourage à entrer dans la danse de tes satisfactions: beaux moments vécus, sympathies humaines, joies d’une réussite…
    Cette activité de photographe blogueuse je trouve que tu la fais avec cœur et sincérité et cette imprégnation m’apporte. C’est aussi important que tu prennes en considération les bons moments que tu peux faire vivre à d’autres.
    En publiant sur Internet, on peut espérer de sympathiques retours (j’en espère toujours) et être déçu(e) de ne pas en avoir ou si peu (c’est en permanence mon cas) mais c’est au fond de nous-mêmes qu’est la satisfaction première: ai-je mis le meilleur de moi-même là-dedans à cet instant T. Si oui ou presque, alors je ne peux que me dire bravo et m’envoyer un bisou-bonheur… Je te dis bravo et t’envoie un bisou-bonheur… Au prochain reportage. Biz

    Aimé par 1 personne

      1. Re,
        Une vague cela va et vient, elle est venue et bientôt va repartir.. Toutes les personnes que je connais ayant des sites ou blogue en passe par là à un moment ou un autre… Comme les autres lectrices et lecteurs assidues, je te dis que tu apportes ta touche dans ce monde très vaste des publis individuelles et cette touche elle me plaît énormément… Donc, un coup de boost et ça repart… Biz

        Aimé par 1 personne

  6. Avez-vous remarqué que les bêtes ne se comparent pas entre elles? Elles se toisent de temps en temps mais ça se termine là. Ce sont les humains qui les comparent, ce sont les humains qui se comparent mais qu’il suffise de dire que vous avez des admirateurs qui apprécient ce que vous faites et qui plus est, sont sincères. Continuez, ça nous fait du bien.

    Aimé par 2 people

  7. Ben voyons donc! Le coeur est là, c’est vraiment tout ce qui compte! Et puis, elles sont super belles vos photos Mamie en cavale! Que dire des textes! Je ne suis pas une pro mais c’était mon grain de sel!!!
    Merci de nous avoir fait revivre un si beau moment!

    J’aime

  8. Bonjour Francice, je pense que le printemps nous manque tous cruellement. Ne t’en fais, moi aussi j’en ressens les effets secondaires, quand le soleil reviendra et qu’on pourra sortir sans se soucier du temps qu’il fait le moral reviendra. Pour ma part, quand je traverse une période creuse, je me lance un défit, j’en suis là. Eh oui, moi aussi. La grisaille des derniers temps me rattrape, je compatis et comprends ce que tu ressens. Je pense qu’en avril je vais me trouver un projet photo, je ne sais pas quoi encore, mais quelque chose qui de significatif.
    Je t’embrasse! xx

    J’aime

  9. Belles photos pour ce qu’elles racontent d’un moment de grâce. Quelqu’un me faisait remarquer que j’étais peut-être trop exigeante envers moi-même. Serait-on de la même famille ? lol On ne peut pas se comparer avec des photographes qui ont une longue expérience et des objectifs de 3 pieds de long! Lâche pas!

    J’aime

  10. Qu’importe la qualité des photos, pendant quelques instants je suis repartie sur les routes du Yukon et c’était bien agréable de te lire! Alors merci pour cet intermède.

    J’aime

  11. Pas besoin de te comparer, de te poser des questions sur la qualité de tes photos. Ne touche surtout à rien, j’adore ta façon de cliquer au bon moment, de nous montrer cette nature sauvage et magnifique naturellement, à ta façon de « voir » la vie.
    Tu la vois bien et j’adore ouvrir ton blog …
    Merci beaucoup et à très bientôt !
    Gros bisous
    Annick

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s