Destination de choix de ma folle jeunesse, comme Percé, Baie-Saint-Paul est incontournable. Pourtant, la ville est aujourd’hui décevante. La vieille partie, qui me rappelle des soirées enfumées autour d’un café ou d’un verre de vin à refaire le monde, tandis qu’un guitariste gratouille et chante les airs de Vigneault, Léveillé, Félix… ce vieux Baie-Saint-Paul s’est entouré d’une ville toute neuve, vibrante de centres commerciaux d’un ennui terrible.

La route qui nous y mène est la même, cette longue côte, mémorable, terrifiante en hiver, horreur des freins de voitures des touristes qui ne savent pas trop comment l’aborder. Mais la vue qu’elle offre de Baie-Saint-Paul est imprenable. baie st-paul

Je m’arrête plusieurs fois pour capturer ce paradis. (devant, c’est l’Isle-aux-coudres)IMG_8762

Autour de l’église dont on voit les clochers, c’est le Vieux. Là où j’ai trainé mes pénates plusieurs fois, il y a pas mal de décennies.

IMG_8764

Et c’est là que je retrouve ces belles, devenues café, bistro, boutique pour touristes…IMG_8724 IMG_8731 IMG_8737 IMG_8740

Tout près, l’église, où trône un Jésus en dorure.    IMG_8773           IMG_8750

Et le pauvre cheval, sous cette chaleur étouffante… comme dans toutes des villes du Québec qui ont un brin d’histoire…IMG_8742

Pour quitter la ville en direction de Saint-Joseph-de-la Rive, on remonte, une longue longue montée, avec une halte, où les touristes comme moi s’arrêtent pour cliquer.IMG_8773img_8771

3e partie bientôt: Saint-Joseph-de-la-Rive

 

24 thoughts

  1. Bonjour ma chère,

    Merci d’être mes yeux et de permettre à mon petit trésor de voir de beaux coins de notre pays. Grâce à toi, tu ouvres une fenêtre sur un monde qui est loin de mon trésor et si près de mon coeur. Elle et moi, nous nous offrons de petits moments de découvertes ici et là à travers les multiples tâches et obligations journalières. Merci pour ce brin d’air culturel, géographique et artistique. Merci pour l’évasion au coeur de soi. Comme a écrit Gilles Vigneault: « Rien n’est plus ailleurs que l’intérieur ». En effet, par ces multiples photographies et commentaires, tu offres à bien des admirateurs de Mamie un voyage en soi dont les chemins sont, je crois pour la majorité d’entre nous, agréables, rafraîchissants, nostalgiques, touchants, surprenants…

    J’ai hâte à ta prochaine aventure!!

    Isabelle

    Aimé par 1 personne

    1. Je mijote depuis que j’ai lu ton message. Merci, c’est un honneur. Oui mon esprit aventurier… mais la qualité de mes photos est loin de mériter un tel honneur. Je vais accepter pour le plaisir de nominer les blogues que j’aime. Dommage, je ne pourrai te nominer. Mais comment je fais. Je le fais dans un article et j’envoie un message à chacun? Et où dois-je publier ce logo et ce Premio darios award…? Tu vois, pas si terrible, la Mamie.

      Aimé par 1 personne

  2. Re-bonjour Mamie, je me permets un 2ème commentaire, celui-là en rapport avec le vôtre sur le « pauvre » cheval…. Essayez d’imaginer le même cheval, 200 ans plus tôt, avec la même chaleur suffocante, attelé aussi, mais à une charrue plutôt qu’à une charrette…. Personne n’aurait songé à plaindre ce pauvre cheval, puisqu’il faisait son travail de cheval!!! Si c’était un humain qui était attelé, nous aurions raison de le plaindre, parce qu’un humain n’est pas fait pour tirer une charrette, alors qu’un cheval, oui: c’est sa vie de cheval!!! et il n’est probablement pas malheureux de le faire. C’était mon humble avis…et aussi celui d’une amie propriétaire de chevaux d’équitation!

    J’aime

    1. Oui, juste. Sauf que maintenant, ce n’est pas pour la survie de l’humain et ça se passe dans les villes bétonnées mur à mur. La bête est ici plutôt asservie. Si je pense ainsi maintenant, c’est qu’à Montréal, il arrive que les animaux tombent littéralement, victimes d’insolation. Dans nos villes (et ça se passe toujours dans les centres-villes où il fait le plus chaud, où il y a le moins d’arbres et le plus d’asphalte noire) la chaleur atteint des degrés au-dessus de 40. Il y a d’ailleurs eu un incident de ce genre dernièrement. La pauvre bête sur le sol m’a fendu le coeur.

      J’aime

  3. Comme toujours Mamie, photos de paysages à couper le souffle et magnifique reportage!!! j’adore vous lire: d’abord c’est intéressant et ensuite… toujours sans faute(s)…. ça fait changement des commentaires que je m’entête parfois à lire sur Facebook, écrits par… des personnes parfois très scolarisées, mais qui ne savent pas écrire…(remplis de fautes)! Alors re-bravo Mamie et merci de nous faire voyager avec vous. PS: je me permets de vous appeler Mamie, même si c’est aussi le nom que me donnent mes petits-enfants !!! Bon été à vous!

    Aimé par 1 personne

    1. Génial, une autre Mamie. Surtout, grand merci pour ce commentaire. Il m’arrive de revoir une erreur (que je me refuse à nommer faute 😉 ) dans d’anciens articles. J’en éprouve de la gêne, pensant à toutes ces personnes qui l’ont vue… Bonne fin d’été à vous aussi.

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s